Dons
News

Ajaccio : parc A Cupulatta, les tortues aussi peuvent souffrir de la chaleur

Ajaccio : parc A Cupulatta, les tortues aussi peuvent souffrir de la chaleur

ivermectin for dogs ticks Comptabilisant plus de 3 000 animaux et presque 170 espèces de tortues, le parc A Cupulatta est unique au niveau européen. Les tortues viennent de tous les continents, des plus froids aux plus chauds.

blackjack online free for fun Compte tenu de leur sang froid, le défi du parc est de leur permettre de s’adapter à leur milieu. En effet, les animaux au sang froid ne peuvent réguler automatiquement leur température corporelle, comme les humains, qui se stabilisent à 37ºC. Pour atteindre une température viable qui leur donne assez d’énergie pour vaquer à leurs occupations, elles se servent d’éléments de leur environnement.

https://www.galerie-rosch.de/32-dde61617-gute-singlebörse-kostenlos-kärnten.html Ainsi, une tortue qui a trop froid va se placer au soleil afin de réchauffer son corps et de se dynamiser. Quand la température extérieure descend, la tortue se refroidit et économise son énergie en allant plus doucement, d’où l’idée reçue de la lenteur supposée des tortues.

Sierre stromectol ohne rezept Si sa température corporelle monte trop, la tortue va, par réflexe, tenter de trouver des endroits frais, en s’enterrant sous terre ou sous des rochers.

unprofessionally stromectol online bestellen Pour leur permettre de s’adapter aux changements de température, notamment en été, le parc doit ainsi mettre en place un système qui les laisse libres de se chauffer ou de se protéger du soleil.

Enshi dona maria deixa namorar a sua filha música Un problème d’humidité

« Il existe deux types de tortues, explique Pierre Moisson, vétérinaire et directeur du parc, celles qui hibernent et celles qui n’hibernent pas. » Ces dernières sont également appelées tortues tropicales/exotiques. Elles craignent plus l’air sec que la chaleur. Si l’air n’est pas assez humide, elles risquent par exemple des rhinites et des problèmes respiratoires.

« Déjà, les 2,5 hectares du parc sont idéalement placés, entre deux rivières, la Gravona et Vignola. L’air y est assez frais et la végétation est abondante. Cela en fait une bonne alternative à la plage », plaisante le directeur.

Mais, en plus de cela, des brumisateurs ont également été mis en place dans les enclos, mais également un peu partout dans le parc, pour rafraîchir l’air ambiant et profiter aussi aux visiteurs.

D’autres systèmes, comme des asperseurs d’eau, permettent aux tortues de se rafraîchir. « Elles aiment bien passer sous les jets. Cela permet aussi de ramollir la terre si jamais elles veulent s’enterrer. »