Dons
News

Biguglia : Bientôt un centre d’accueil pour tortues marines à Stella Mare

Biguglia : Bientôt un centre d’accueil pour tortues marines à Stella Mare
La plateforme Stella Mare, unité de l’Université de Corse et du CNRS, a pour vocation d’apporter des solutions aux problématiques des professionnels de la mer tout en préservant les ressources marines.
Basée à Biguglia, cette unité n’est pas des moindres puisqu’elle compte 37 aquariums, 115 bassins, et évidemment une structure accueillant bureaux et laboratoires.
  C’est lors d’une importante réunion, organisée le 22 Juillet,  par le GTMF, le Groupe des tortues marines France, représenté par le Museum National d’Histoire Naturelle avec Françoise Claro,  au sein de la plateforme Stella Mare, avec la participation de la DREAL Corse, l’association CARI avec Cathy Cesarini, et, bien sûr, le directeur Antoine Aiello et la Responsable scientifique de la Plateforme, Sylvia Agostini, que  le sujet des tortues Marines a été aborde sous tous ses aspects.
Les tortues marines sont bien présentes en Méditerranée, il y en a cinq espèces différentes. La plus connue, la tortue Caouanne dite Caretta, dont des lieux de ponte avaient été observés sur des plages de Porto-Vecchio. Mais il est vrai que ces espèces ont de plus en plus de mal à survivre, à cause de la multiplication des transports maritimes, notamment durant la période estivale, le braconnage, la destruction de la végétation et des massifs coralliens, la pollution et la bétonisation du littoral. C’est à cause de ces nombreux risquent que courent les tortues marines qu’elles sont espèces protégées par beaucoup de conventions.
Un centre d’accueil, c’est un projet qui tenait à cœur au Réseau d’alerte des tortues marines en Corse, qui avaient lancé en 2015 un appel au don avec l’association CARI, adhérente du Groupe des Cétacés de Méditerranée. « Appel au don auquel a répondu la DREAL en finançant l’achat des bassins d’accueil sur la plateforme qui serviront d’accueil pour les tortues marines blessées, avant d’âtre transférées sur la Sardaigne dans les centres de soins les plus proches de la Corse. » nous explique Sylvia Agostini, qui fait également partie du réseau tortues marines de Méditerranée Française.
L’avénement de ce centre constitue, à l’évidence, une bonne nouvelle pour les défenseurs des tortues certes, mais il est bien plus important encore pour la sauvegarde des des Chelonioidea (1)
—-
(1) Les tortues marines sont parmi les plus grandes représentantes de la superfamille des Chelonioidea. Leur dossière, généralement constituée de cuir épais et non d’écailles, est plus plate que la carapace des espèces terrestres pour une question d’hydrodynamisme. Leurs pattes palmées munies de griffes ressemblent davantage à des palettes natatoires qu’à des membres traditionnels. Elles permettent aux tortues marines d’évoluer dans l’eau.