Dons
News

CAMEROUN :: UN TRAFIQUANT DE CARAPACES DE TORTUES AUX ARRÊTS

CAMEROUN :: UN TRAFIQUANT DE CARAPACES DE TORTUES AUX ARRÊTS :

tarot responde ele vai me pedir em namoro Guatemala City free blackjack games CAMEROUN :: Un Trafiquant de carapaces de tortues aux arr?ts :: CAMEROON
CAMEROUN :: UN TRAFIQUANT DE CARAPACES DE TORTUES AUX ARRÊTS :: CAMEROON

annonce rencontre femme morbihan Mikhaylovka kangaroo pokies Un homme a été arrêté à Njombé, dans la région du Littoral, pour détention illégale de carapaces de tortues de mer. Ces tortues sont des espèces sauvages protégées.irish luck casino #EspècesSauvages L’homme âgé de 39 ans a été arrêté le 7 Juillet 2016 au cours d’une opération coup de poing menée par les agents du poste de contrôle forestier et de chasse de la localité de Njombe -Penja  en compagnie des éléments de la gendarmerie. Le suspect qui faisait déjà l’objet d’enquête depuis plusieurs mois a été arrêté alors qu’il était assis sur une moto en face de l’Eglise évangélique  de Njombé.

Barabai speed dating falces Il a transporté le sac contenant ces carapaces sur sa moto et s’est arrêté à quelques mètres de l’église ; après avoir jeté  un regard panoramique pour inspecter les lieux, il a effectué un appel téléphonique. Lorsqu’il passait son coup de fil, les agents de la faune qui suivaient déjà ses mouvements, l’ont rapidement approché et il a été sommairement interrogé avant de  l’interpeler. Il a été ensuite conduit à Penja où est localisé le poste de contrôle forestier et de chasse. The Last Great Ape Organisation – LAGA a fourni une assistance technique au cours de cette opération.

Des sources proches de l’affaire révèlent qu’il exerce cette activité illégale depuis quelques années maintenant ;  et vend une grande variété de produits fauniques. Il a reconnu devant les agents de la faune avoir souvent commercialisé des crocodiles et plusieurs autres espèces de primates il a également déclaré que ses  clients sont aussi nombreux que varié.

L’image  d’un varan a été découverte dans son téléphone. Njock Filibert Ewozouk un agent technique adjoint des Eaux et Forets qui faisait partie de l’équipe a déclaré après l’opération que : «Ce fut un exemple  d’application de la loi du moment où il a capté l’attention de certaines personnes qui peuvent maintenant comprendre que la commercialisation des espèces sauvages est une activité illégale et destructrice ». Selon cet agent des Eaux et Forets,  l’opération est d’une importance vitale pour la sensibilisation des populations de Njombe – Penja localité par excellence de la commercialisation illégalité de la faune qui constitue  une activité permanente  de certaines personnes dans ces régions.

Une enquête a été ouverte a l’encontre de ce trafiquant qui a été maintenu en garde a vue a la brigade de la gendarmerie de Penja en attendant l’achèvement de la procédure et selon Monsieur Njock qui déclaré: « nous allons compléter le dossier et passer à l’étape suivante qui est la transmission du la procédure au procureur de la république, notre ministère est très stricte à ce sujet et ceux qui pensent qu’ils vont détruire nos forêts se trompent « .L’arrestation de ce trafiquant à Njombé est l’un des nombreux cas d’arrestations effectuées dans le pays dans un passé récent et dans de nombreux autres pays africains s’inspirant du même modèle d’application de la loi que le Cameroun. Ces arrestations ont un message clair : le commerce illégal des espèces sauvages protégées est la principale cause du massacre de la faune en Afrique,  raison pour laquelle  le gouvernement envoie un signal a l’endroit les braconniers et les trafiquants de sa détermination a les traquer jusque dans leurs derniers retranchements. Il informe aussi les trafiquants potentiels ou ceux qui s’intéressent à cette activité illégale, que ce commerce est interdit et la loi sera toujours  appliquée de manière ferme contre les contrevenants.

Les tortues de mer sont répertoriées dans la classe A qui est réservée aux animaux intégralement protégés, et ne peuvent en aucun cas faire l’objet d’abattage.  Beaucoup d’autres espèces, y compris les chimpanzés, les gorilles, plusieurs espèces de singes, etc. se retrouvent tous dans cette même catégorie  et selon Njock Fillibert Ewozouck l’objectif de cette classification « est de protéger les animaux de manière  qu’ils puissent  se reproduire et reconstituer leurs nombre ». Cependant le trafic des espèces sauvages sape cet effort.