Dons
News

Centre Evenor-Lucas : savez-vous planter à la mode tortue ?

Centre Evenor-Lucas : savez-vous planter à la mode tortue ?

BOUCAN-CANOT. Au centre de loisirs Evenor-Lucas, les vacances sont utiles. Hier, des groupes de marmailles de 8 à 12 ans sont venus planter des essences sur la plage située en remontant au nord de Boucan-Canot. Patates-à-Durand, lataniers, veloutiers, manioc… Avec ces plants, les enfants espèrent rendre l’environnement propice à la ponte des tortues.

Il a plu ! Juste ce qu’il fallait pour que des nouveaux plants se sentent bien dans leur nouvel environnement. Pour le moins sableux. Hier, sur la plage située entre Boucan-Canot et le Cap la Houssaye, des marmailles du centre de Loisirs Evenor-Lucas sont venus en deux groupes planter diverses essences dans le sable afin de recréer un environnement favorable à la ponte des tortues.

“Il faut absolument protéger les tortues, a certifié Lionel, un petit gars volontaire du groupe des 8-10 ans placé sous la houlette de Julie, l’animatrice. Il faut mettre plein de plants dans le sable pour que les tortues viennent cacher leurs œufs.” Son compère Giovanni a rajouté que c’était “important pour protéger les bébés tortues avant d’aller en mer.” La quinzaine d’écolo-vacanciers est repartie avec un certificat attestant de leurs nouvelles connaissances du milieu. Chacun des plants de lataniers, veloutiers, de manioc ou autres porte désormais leur prénom sur une petite étiquette de bois. Chaque plant a été entouré de gros morceau de corail pour que les vacanciers évitent de marcher dessus. Il s’agissait du deuxième jour de plantation sur ce site. Les habitants du coin et l’hôtel adjacent ont été sensibilisés à l’opération et donc invités à venir arroser de temps en temps les plants pour qu’ils puissent se développer et reconquérir la plage. Une plage qu’appréciaient sans doute naguère les tortues et qui en séduit encore une baptisée Emma.

Planter pour compenser la NRL

Tous les trois ans, la tortue marine revient pondre toujours à cet endroit. Selon une théorie avancée par des chercheurs italiens, c’est grâce à son odorat que la tortue reviendrait à la source. Un odorat qui capterait les parfums des essences terrestres. D’où l’intérêt de replanter massivement le long des plages pour inciter les tortues à ressentir leur niche originelle, leur petit coin de paradis retrouvé. En 2004, une tortue était revenue sur le site de Kelonia après que les scientifiques ont replanté.

Cet atelier de végétalisation de la plage nécessitera aussi une intervention plus lourde par des entreprises pour éradiquer les épinards (le prodopice épineux) qui a envahi les lieux, ont indiqué Léo Pairain, chargé de mission au centre d’étude et de découverte des tortues marines et sa jeune stagiaire Coline Raute. Au total, sur cette plage, quelque 1 500 plants vont être ensablés. Les plages des Trois-Bassins, de Saint-Leu et de l’Étang-Salé subiront le même bon traitement. “Il s’agit d’une des mesures marines de compensation du chantier de la NRL, a précisé Léo Pairain. La Région finance à 100 % ce projet pendant trois ans, voire plus si la route n’est pas finie dans les délais.”

Un ti’temps supplémentaire sera sûrement le bienvenu car l’opération globale consiste à produire et planter 8 000 plants le long du littoral Ouest, sur cinq hectares. “On profite des vacances pour sensibiliser les enfants, leur faire mettre la main à la pâte et nous donner un coup de main. Ils ont contribué à produire les plants et là ils vont jusqu’à les planter”, à donner à voir le chargé de mission.

La ville de Saint-Paul est aussi partenaire de cette opération. La municipalité a notamment mis à disposition des planteurs un compteur d’eau. Elle est aussi intervenue pour baisser l’éclairage public que redoutent les tortues. Emma, adorable carapace sur pattes, revient tous les trois ans depuis 2010 sur cette plage, dans un coin plus sombre. Son prochain retour est attendu pour 2019. Avec les plants des marmailles, elle devrait se sentir comme à la maison. Si tout se passe comme prévu, les bébés tortues natifs de cette plage, y reviendront ensuite pour pondre à leur tour, une fois arrivé à maturité, vers l’âge de trente ans.

Y.G© clicanoo.re

0 Comments

Laisser un commentaire