Dons
News

C’est le réveil de la tortue des bois

C’est le réveil de la tortue des bois

ANIMAUX. La population est appelée à ouvrir l’œil pour observer, sans toucher, la tortue des bois qui est bel et bien présente sur le territoire de Lotbinière.
L’OBV du Chêne en partenariat avec le Bureau d’écologie appliquée mène présentement une campagne de sensibilisation à la présence de cette espèce d’amphibiens auprès de la population.
Le but est évidemment de protéger ces animaux, considérés au Canada comme étant menacés. Au Québec, cette tortue est jugée vulnérable. «Si les gens en voient, ils vont désormais savoir quoi faire», de mentionner Nicolas Houde, responsable du projet au Bureau d’écologie appliquée.

Ce dernier soutient que son équipe et lui ont déjà reçu plusieurs signalements. «Elle se cache bien, mais quand on commence à en parler aux propriétaires, on constate qu’il y en a de plus en plus», rapporte M. Houde.
Le biologiste fait aussi remarquer que les renards, les mouffettes ou les ratons laveurs mangent les œufs de la tortue des bois. Comme ces animaux sont souvent attirés par les poubelles, M. Houde recommande aux propriétaires, chez qui l’on retrouve des tortues, de redoubler de vigilance pour éviter d’attirer ces prédateurs.

Partout dans Lotbinière

Cette petite bête discrète se tient principalement dans les secteurs des rivières du Chêne, Huron et Henri. Il est donc possible pour les marcheurs qui empruntent le nouveau sentier de la rivière du Chêne d’en apercevoir.

C’est le réveil de la tortue des bois

La tortue des bois passe l’été hors de l’eau.
Photo gracieuseté – Antoine Martineau-Rousseau

Nicolas Houde précise toutefois que l’amphibien peut se retrouver un peu partout sur le territoire, mais principalement dans le secteur ouest. «On a eu des mentions de leur présence à Val-Alain près de l’autoroute. Il y en a aussi ailleurs comme à Leclercville, Joly, Issoudun, Laurier-Station ou Lyster», énumère M. Houde.
Il hésite toutefois à avancer un chiffre quant à la population de tortues des bois dans la région. C’est d’ailleurs dans la Seigneurie de Joly que l’équipe de l’OBV et du Bureau a entamé son inventaire cette semaine. Ils tenteront de répertorier les individus durant 10 jours à cet endroit. Ils iront aussi ailleurs pour quelques jours supplémentaires.

À propos

La tortue des bois passe l’hiver dans le lit des rivières. Au retour du beau temps, elle sort de l’eau pour profiter de la chaleur. Elle gagne ensuite la forêt où elle se camouffle généralement dans des endroits difficile d’accès. L’amphibien passe généralement l’été hors de l’eau.