Dons
News

Environnement – Madagascar – La protection des tortues en mal de moyens

Les organes de protection de l’Angonoka ou tortue à soc disposent de peu de ressources, afin de sécuriser les 14500 hectares d’Aires protégées du parc National de la baie de Baly, district Soalala, habitat naturel de l’animal indiqué. En effet, les quelques agents du parc et les 360 membres des  Comités Locaux du Parc (CLP), groupement de locaux protégeant le site, sont largement en nombre inférieur face à l’étendue du site et la recrudescence du braconnage.
La valeur de cette tortue endémique sur le marché international conduit certains à braver l’interdit. D’après un responsable de Durell, une ONG britannique spécialisée dans la sauvegarde des espèces menacées d’extinction, ces tortues sont exportées vers l’Asie (Hong Kong, Thailande, Chine, Malaisie) et récemment en Afrique (Nairobi, Kenya). Face à la situation, des représentants du Madagascar National Parks, organisme gérant le parc, de Durell et du ministère l’Environnement, de l’écologie, de la mer et des forêts ont tenu une conférence de presse, jeudi dernier, dans les locaux de la Direction Générales des Forêts sise à Nanisana.
Ils ont lancé un appel à tous les citoyens du pays sans distinction à se donner la main pour protéger l’Angonoka, l’espèce de tortue la plus rare et n’existant qu’à Madagascar. Lors d’un dernier recensement en 2010, la Grande Ile ne comptait plus que quelque 500 Ango­noka adultes. L’espèce est en voie de disparition.

0 Comments

Laisser un commentaire