Dons

Event: Suivi scientifique de la réintroduction de la Cistude d’Europe en Alsace

Suivi scientifique de la réintroduction de la Cistude d’Europe en Alsace
Nov
04

La réintroduction d’espèces est aujourd’hui considérée comme l’une des stratégies les plus appropriées pour limiter la perte de biodiversité prédite pour le siècle à venir.
En Europe, la cistude d’Europe Emys orbicularis compte parmi les reptiles dont les populations ont le plus souffert sur l’ensemble de sa zone de distribution, des pays baltes jusqu’à l’Afrique du Nord. En France, qui abrite plusieurs populations majeures, quelques populations de cistudes ont décliné, voire disparu. L’Alsace aurait ainsi abrité une population historique de cistudes qui aurait disparu au 19ème siècle du fait des modifications d’habitats (comme la canalisation du Rhin) et de l’intensification des activités humaines. De fait, le Conseil Général du Bas Rhin a mis en place un programme de réintroduction de la cistude en Alsace. Ce projet de longue haleine, imaginé en 1990, validé par le Ministère en charge de l’écologie en 2004, puis concrétisé dans le cadre du projet Européen INTERREG « Restauration des milieux humides rhénans et préservation de la biodiversité dans les environs de la Lauter – Cistude sans frontières » récemment abouti grâce à l’intervention de nombreux partenaires, donne aujourd’hui ses premiers résultats.
Nous présenterons ici le programme de réintroduction de la cistude en Alsace en revenant en particulier sur les principales actions liées à la restauration des habitats sur le site de relâcher transfrontalier près de Lauterbourg, à l’installation d’élevages sur la station de recherche de la cistude AlsacePetite Camargue alsacienne et au Parc Zoologique et Botanique de Mulhouse ainsi que sur les premiers résultats des suivis scientifiques réalisés par les laboratoires associés à l’Université de Strasbourg (IPHC, LIVE, ENGEES) sur les habitats et les populations.

Une cistude équipée d’un émetteur VHF en vue de son suivi après relâcher en milieu naturel. Septembre 2014