Dons
News

Insolite: un centre d’accueil pour les tortues délaissées à Guînes

Insolite: un centre d’accueil pour les tortues délaissées à Guînes

Ehtad. Derrière cet acronyme ne se cache pas un nouveau mode d’accueil pour les personnes âgées mais pour les tortues ! C’est au Marais de Guînes que l’établissement d’hébergement pour les tortues aquatiques délaissées est en train de voir le jour, le seul existant dans les Hauts-de-France.

L’idée est née l’été dernier quand le parc pédagogique nature du marais s’est vu proposer deux tortues. « On ne savait pas comment s’en occuper et on s’est rendu compte qu’il fallait des autorisations spéciales pour ces animaux », explique Ludwig Zoonekynd. Pour s’occuper d’une tortue en France, il faut un certificat de capacité, et les tortues de Floride sont illégales.

Un bassin de 14 mètres qui peut accueillir 200 tortues

Ludwig se rapproche de la fédération française d’élevage et de protection des tortues. Et y rencontre Joëlle Gerin, déléguée vétérinaire de la fédération. Une vétérinaire qui va s’impliquer à 200 % auprès de l’association. « On ne voulait pas simplement être gardes d’animaux, mais s’en occuper, même si elles sont malades, poursuit Ludwig. Quand on reçoit un animal que l’on connaît mal, on se rapproche de spécialistes pour qu’ils nous conseillent. » Alors pour faire les choses comme il faut, ils ont décidé de créer un établissement reconnu pour l’accueil des tortues.

Avec les moyens du bord, des dons et beaucoup d’investissement personnel et de volonté, un bassin de 14 mètres de long et deux mètres de profondeur a vu le jour cet été. Il pourra accueillir 200 tortues. À côté, un bâtiment en bois a été érigé pour servir d’infirmerie et accueillir le public qui veut en apprendre plus sur les tortues (et les sensibiliser). « On fait avec nos petits moyens car rien n’existait pour les tortues. On recueille toutes les tortues, mais les espèces dangereuses, on les donne aux zoos. »

Joëlle vient toutes les semaines les épauler et les former. Maud, la femme de Ludwig, a choisi de passer une certification spécifique qui nécessite 50 heures de théorie et 50 heures de pratique. « On ne s’en rend pas compte, mais s’occuper de tortues, c’est beaucoup de travail au quotidien. Il faut une motivation forte. » Chaque semaine, les tortues mangent 30 kilos de poisson et 20 kilos de viande et légumes. « Elles ont un régime à 50 % carnivore et 50 % végétarien. Leur aliment préféré ce sont les nénuphars et les jonquilles d’eau », précise Joëlle.

Un appel au soutien des élus

Les tortues de Floride sont les plus répandues et pourtant les plus nocives. Ces tortues sont de véritables envahisseurs de nos cours d’eau, résistantes aux températures locales, prédateurs de toutes les espèces. « Elles ont envahi les canaux par ici. Les chasseurs, les pêcheurs, ou les douaniers nous en amènent. Elles menacent l’équilibre des canaux. Mais nous manquons de moyens. » Ludwig et son association sont « prêts par la suite à nettoyer le canal mais il faudrait que les élus nous soutiennent et nous financent. » L’Ehtad compte actuellement une cinquantaine de tortues. « Nous avons une liste d’attente car nous n’avons pas les moyens d’en accueillir plus pour le moment. »