Dons
News

L’extinction silencieuse des tortues alarme les spécialistes

L’extinction silencieuse des tortues alarme les spécialistes

Flensburg priligy türkiye satış sağlık   vegas vip online casino thick Brice Louvet

http://migueliniguez.com/89911-ivermectin-dr-pierre-kory-44269/ online poker rooms real money Larkhall Près de la moitié des tortues d’eau douce et terrestres risquent de disparaître à jamais, signale un nouveau rapport. En cause : la perte d’habitat, le commerce illégal d’animaux domestiques et la consommation alimentaire.

m88bet slot Zafarwāl Il ne fait pas bon être une tortue au 21e siècle. Un nouveau rapport alarmant avertit que les tortues d’eau douce et terrestres font partie des groupes d’espèces les plus menacées au monde, avec plus de 40 % de risques d’extinction dus à la perte de l’habitat, au commerce illégal d’animaux domestiques et à la consommation de viande. Parmi les espèces les plus menacées, vous retrouverez la tortue géante du Yangtze, aussi connue sous le nom de tortue à carapace molle du fleuve Rouge (Rafetus swinhoei) : il ne reste que trois individus en Chine et au Vietnam. Il y a également la tortue angonoka (Astrochelys yniphora), une espèce de tortue endémique de Madagascar qui pourrait disparaître de la nature dès cette année, et la tortue d’or, ou tortue chinoise à trois bandes (Cuora trifasciata), dont la propriété « est devenue un symbole d’investissement financier et de statut en Chine », selon le rapport.

Rafetus swinhoei
Crédits : The Turtle Conservation Coalition

Bartlett ivermectin pills humans Les auteurs du rapport, publié la semaine dernière par un partenariat de 10 organisations de conservation de ces animaux, appellent ainsi le monde à prendre en considération le sort des tortues terrestres et d’eau douce. Pour ce faire, ils mettent en évidence les espèces les plus menacées d’extinction. Certains efforts de conservation ont profité à quelques-unes de ces espèces depuis le dernier rapport de 2011, mais ils restent insuffisants pour améliorer leurs perspectives globales. La seule espèce de la liste de 2011 qui n’apparaît pas dans l’édition 2018 est la tortue géante de l’île Pinta (Chelonoidis abingdonii) des Galápagos, et pour cause : elle s’est éteinte en 2012.

Cuora trifasciata
Crédits : Wikimedia Commons / Torsten Blanck

Outre le fait que cette liste contient des espèces incroyablement belles et intéressantes, les tortues terrestres et d’eau douce jouent également un rôle écologique vital dans leurs habitats naturels. Comme le souligne le rapport, diverses espèces participent à façonner les rivières et les cours d’eau, aident les populations végétales en dispersant les graines et les champignons, et gardent l’eau propre en s’occupant des animaux morts.