Dons
News

Madagascar : 1 500 tortues saisies

Madagascar : 1 500 tortues saisies

dating gay near shiloh pa Lianozovo La semaine dernière, 1 500 de tortues, une espèce menacée de disparition ont été saisies dans le sud de Madagascar. Un homme a été arrêté.

Certaines tortues sont protégées à https://www.apeacefullight.com/18-cat/casino_4.html Madagascar, rappelle le quotidien L’Express de Madagascar. Un betamo casino no deposit unphilosophically trafic de tortues a été révélé au grand jour dans le sud de la Grande île, dans le district de Beloha, dans l’Androy. Vendredi dernier, vers trois heures du matin, des officiers de la Diréction régionale de l’environnement, de l’écologie, de la mer et des forêts (DREEMF) ont découvert plus de 1 500 tortues dans le village de Soamanitra.

Un suspect pris sur le fait est passé aux aveux et a révélé l’identité du présumé cerveau du best golf betting sites trafic de tortues. Par ailleurs, une femme habitant la ville de Tuléar, dans le sud-ouest de City of Parramatta dallas dating app 20 somethings Madagascar, est pointée du doigt comme partie prenante dans le trafic.

L’individu arrêté a également révélé qu’il a déjà livré récemment deux cents tortues juvéniles à raison de 10 000 ariary, soit 2,25 euros. La saisie de ces tortues a été rendue possible grâce à la collaboration entre le DREEMF et l’ONG Turtle Survivale Alliance (TSA).

Les tortues qui avaient été saisies sont de l’espèce astrochelys radiata, une espèce protégée à Madagascar. Deux d’entre elles ont été retrouvées mortes. Les survivantes ont été provisoirement placées ont été placées aux bons soins d’un habitant du village. La police judiciaire se charge actuellement de remonter jusqu’au cerveau du commanditaire de ce hampton gay dating service trafic de tortues et le suspect arrêté sera traduit devant la justice cette semaine.

Beboarimisa Ralava, le ministre malgache de l’Environnement, de l’Écologie, de la mer et des forêts a répété que le gouvernement malgache fait la chasse aux trafiquants de tortues protégées et des pilleurs de ressources naturelles en général. Une réunion d’urgence s’est tenue entre les représentants des 22 régions de Madagascar au sein du ministère. Les contrôles sont renforcés, tant à l’intérieur du pays qu’aux frontières.