Dons
News

Les « nouvelles » tortues dans nos lagons, pas forcément réunionnaises

Les « nouvelles » tortues dans nos lagons, pas forcément réunionnaises

Suite à l’annonce que de jeunes tortues vertes et imbriquées sont en phase de « recrutement » dans les lagons de l’île, Kelonia précise qu’il ne s’agit pas forcément de tortues nées à La Réunion. Pour rappel, la phase de recrutement de jeunes tortues arrive après plusieurs années au large, lorsqu’elle atteignent une taille plus importante et se rapprochent des récifs pour se nourrir.

Concernant les tortues imbriquées, Kelonia explique qu’elles ne se reproduisent pas à La Réunion.

Quant aux tortues vertes, « les pontes à La Réunion restent encore peu nombreuses (un vingtaine depuis 2004), les taux de survie de nouveau-nés sont très faibles (1 sur 100 à 1 sur 1000), et les courants marins ont tendance à entrainer les petites tortues vers l’ouest et les côtes malgaches et africaines ».

Mais Stéphane Ciccione, directeur de Kelonia, ajoute malgré tout : « Les simulations de dérive montrent qu’après quelques années une partie des tortues survivantes pourraient être ramenées par les courants  prés de nos côtes. Ces cartes montrent les trajectoires possibles des nouveau-nés entrainés par les courants marins au départ de La Réunion, ainsi que les températures et la production primaire le long de ces trajectoires ».

Deux facteurs seraient importants pour la survie des jeunes tortues: les températures supérieures à 18°C (zones jaune à rouge sur la carte) et la production primaire qui est un indicateur de la quantité de nourriture disponible dont va dépendre la croissance des jeunes tortues.

Les "nouvelles" tortues dans nos lagons, pas forcément réunionnaises