Dons
News

Ouvrez grand vos yeux pour la survie des tortues

Ouvrez grand vos yeux pour la survie des tortues

NATURE. Ceux qui fréquentent le Marais de la rivière aux Cerises ou qui habitent à proximité doivent être particulièrement attentif d’ici la fin juin, période à laquelle les tortues pondent leurs œufs.

La population de tortues peintes pourrait dépasser les 500 individus.

Pour la première fois, l’équipe du Marais effectue une étude qui vise à localiser et caractériser les sites de ponte des deux espèces de tortues présentes sur le site, les tortues peintes et serpentines.

Mais c’est la première espèce – la plus populeuse – qui inquiète les responsables du projet, dont le finissant en Techniques de bioécologie au Cégep de Sherbrooke, Mathieu St-Pierre. «En 2008, on a constaté un débalancement entre les populations de mâles et femelles et le problème s’est fortement accentué en 2013. Il y a environ une tortue femelle pour dix tortues mâles», explique M. St-Pierre.

Pour comprendre ce qui cause ce déséquilibre et y remédier, les responsables doivent trouver où sont les nids. Un défi de taille sachant la grande superficie du marais et qu’ils n’ont qu’un mois pour y arriver. Et rien pour aider, les tortues doivent généralement se rendre à l’extérieur du marais pour pondre leurs œufs en raison de la composition du sol. «Elles ont besoin d’un endroit exposé au soleil, où le sol est sablonneux ou granuleux. On peut penser, par exemple, au bord des routes ou dans les entrées de maison en gravier. C’est très important de ne pas y toucher», prévient le stagiaire.

En s’aventurant en territoire urbain, les tortues et leurs futurs bébés s’exposent à des prédateurs, mais aussi aux dangers de la circulation automobile. Pour Magog, il n’existe aucune statistique sur le nombre de mortalités routières pour ces espèces. Un premier inventaire en ce sens sera également fait par Mathieu St-Pierre au cours des prochaines semaines.

«On sait qu’il y a des secteurs chauds, comme la route 112, la piste cyclable et le chemin Couture. S’il y a un nombre élevé de décès, je vais soumettre des recommandations qui pourraient se traduire, par exemple, par l’installation de panneaux de signalisation pour avertir les usagers de la route», conclut-il.

Si vous voyez une tortue pondre ou creuser, un nid saccagé par un prédateur ou une tortue morte, merci d’aviser Mathieu St-Pierre au 819 345-6551.