Dons
News

Parc de Soalala – Braconnage de tortues tracées

Parc de Soalala – Braconnage de tortues tracées

https://younghappyminds.no/18-cat/dating_21.html free chinese dating sites canada Une tortue appartenant à une espèce menacée a été retrouvée, abandonnée par des trafiquants à Soalala. Les malfaiteurs ont arraché le traceur sur l’animal.

gambling sites not with gamstop Jetée par des braconniers, une tortue de l’espèce Angonoka, endémique de Madagascar, a été retrouvée jeudi, dans un sac tissé à Namakia-Mitsinjo. Sa carapace porte encore le numéro d’identification 0003 MG-1993. Elle portait de surcroît un émetteur de traçage, que les malfaiteurs ont enlevé.
Sitôt informée, la gendarmerie a alerté le Parc national de Baly, à Soalala. Le directeur cité par un communiqué de la région Boeny, a indiqué que l’animal, dérobé dans cette réserve naturelle.
À la lumière de ce fait, il a été constaté que d’autres tortues ont été pillées dans le même parc et par la même bande, mais celle qui a été retrouvée semble bien être la seule à avoir été abandonnée par les braconniers. Elle est vieille d’une trentaine d’années, d’après les responsables du parc. Le reptile a été relâché au plus vite dans son habitat naturel, dans le Parc national de Baly. Il est en excellente santé selon le vétérinaire.

https://www.gworks.tn/9-cat/casino_5.html http://crsrealestatesolutionsllc.com/29-cat/dating_10.html Contrebande
D’après les informations recueillies sur place, l’habitat des tortues du Parc de Baly s’étale sur une cinquantaine d’hectares, subdivisés en cinq zones distinctes.
À la lumière des explications apportées par le représentant de Durrell, une organisation non gouvernementale qui œuvre pour la protection de ces animaux menacés, les tortues sont en proie au braconnage en cette période de l’année. Après quelques mois d’hibernation, dans leurs tanières pendant la saison froide, elles en sortent avec la tombée de la pluie et durant tout l’été, pour se nourrir.
Apparemment au courant du cycle de vie de ces reptiles, les braconniers sautent sur l’occasion pour accomplir leurs méfaits.
La thèse selon laquelle l’Angonoka retrouvée allait être expédiée à l’étranger en contrebande, est privilégiée. Une enquête est ouverte, mais les personnes qui se trouvent derrière ce pillage d’une espèce protégée, ont réussi à s’évanouir dans la nature.