Dons
News

Un dimanche au pays des tortues

Un dimanche au pays des tortues

C’est aujourd’hui que s’achève la «fête de la tortue» qui a débuté vendredi au refuge de Bessières. Une occasion unique de découvrir les 600 tortues hébergées, dans un cadre exceptionnel, par l’association que préside Jérôme Maran. Venus de Lille, Marseille ou de Bretagne, 130 bénévoles se sont relayés pendant ces trois jours pour guider les visiteurs, animer les jeux pour les enfants et assurer l’intendance de la manifestation. Une manifestation «vitale pour le refuge», comme le confie Jérôme Maran. Agissant toute l’année en partenariat avec l’école vétérinaire de Toulouse, le refuge accueille actuellement des stagiaires de l’Institut de l’Environnement et des Technologies de Lyon qui, outre leur participation à la vie du refuge, étudient et répertorient la faune environnante.

Un site unique.

À l’occasion du congrès de la Fédération Francophone d’Élevage et de Protection des Tortues, au mois de mai, les participants ont visité le refuge. Ils ont ainsi pu découvrir les différents enclos, destinés à donner à chaque tortue un cadre de vie lui correspondant. Tous ont reconnu l’exceptionnelle qualité du site et salué le travail des bénévoles. Des bénévoles qui n’ont pas compté leur temps pour bâtir et améliorer sans cesse le refuge. Après la construction des enclos et des maisonnettes destinées à accueillir les «pensionnaires», ils se consacrent dorénavant aux aménagements extérieurs destinés au confort des visiteurs.

Ouverture au public en 2019.

«Peu de gens croyaient en notre projet», confie Jérôme Maran. «Et pourtant l’année prochaine, nous ouvrirons les portes du refuge au public, grâce notamment à l’aide que nous apportent le conseil départemental et la municipalité de Bessières». Il précise cependant «être encore à la recherche de nouveaux financements, publics ou privés» pour faire fonctionner «ce qui ne sera surtout pas un parc zoologique, mais un centre d’éducation à l’environnement dont l’objectif sera essentiellement pédagogique. Car protéger les tortues, c’est avant tout préserver leur environnement. Un environnement menacé tous les jours par l’homme».