Dons
News

Les braconniers de tortues mettent en avant « la pratique culturelle »

Les braconniers de tortues mettent en avant « la pratique culturelle »

PAPEETEPAPEETE, le 3 février 2015. Le procureur de la République a requis mardi 12 mois et 8 mois de sursis à l’encontre des deux braconniers de tortues. Leurs avocats ont mis en avant une « pratique culturelle » pour justifier leur détention de chair de tortues vertes.

« J’ai trouvé une tortue. Je l’ai tuée. C’était la première fois. C’était pour moi. Je la gardais pour les fêtes de fin d’année. Mon salaire est confortable, je n’ai pas besoin de vendre de la chair de tortues. » Voilà les propos d’un des deux braconniers de tortues, B.M., devant les douaniers a relaté mardi le président du tribunal correctionnel.

Le 14 novembre dernier, à la sortie du port de Papeete, les douaniers ont découvert dans un pick-up une quarantaine de kilos de viande de tortue congelée. B.M. travaille sur un bateau. Il s’occupe des commandes faites par les habitants des îles. En novembre, il était sur l’atoll de Vanavana, aux Tuamotu. C’est là qu’il a tué la tortue. A son retour à Papeete, son ami R.G. est venu le chercher en pick-up. Celui-ci assure qu’il ne savait pas ce que contenait la glacière de son ami.
Après leur découverte dans le pick-up, les douaniers ont poursuivi leur enquête aux domiciles des deux hommes à Paea et à Papara. Ils trouveront ainsi au total 93 kilos de viande de tortue, mais aussi 181 perles et 545 keishis, une carabine et enfin des traces d’ice sur R.G.

Délibéré dans un mois

Le procureur de la République a demandé 12 mois de prison avec sursis et 500 000 Fcfp d’amende à l’encontre de R.G. et 8 mois de prison avec sursis et 500 000 Fcfp d’amende contre B.M. La peine requise à l’encontre de R.G. est plus élevée en raison de la découverte de trace d’ice dans son véhicule. Ces réquisitions s’ajoutent à celles de la représentante des douanes qui a demandé 246 0000 Fcfp d’amende à l’encontre de B.M. et 218 000 Fcfp d’amende contre R.G.
Les avocats des deux prévenus, Me Robin Quinquis et Me Fidèle, ont mis en avant le fait que consommer de la tortue est « une pratique culturelle » en Polynésie. « Vanavana (rattaché à la commune de Tureia, NDLR) est un atoll avec zéro habitant et 300 tortues », met en avant Me Robin Quinquis. « Ce sont des circonstances très particulières. » L’avocat a ainsi mis en opposition l’action d’un « homme seul qui pêche pour un banquet» et l’action « des pêcheurs à la senne qui massacrent les tortues et qui sont beaucoup plus inquiétants pour la faune marine ».
Le tribunal correctionnel rendra sa décision le 3 mars prochain.