Dons
News

Trois tortues nées en captivité mises à l’eau au Cap d’Antibes

Trois tortues nées en captivité mises à l’eau au Cap d’Antibes

Pour la deuxième année consécutive, le Marineland d’Antibes lance sa Mission Caretta. Trois tortues Caouanne ont été mises à l’eau dans un enclos naturel, ce mercredi, au Port-Mallet, au Cap d’Antibes. Il s’agit d’évaluer leur capacité d’acclimatation en milieu naturel.

Elles s’appellent Rose, Couette et Boule. Trois tortues Caretta caretta, ou tortues Caouanne, nées il y a cinq ans au Marineland d’Antibes. Ce mercredi, elles ont été mises à l’eau au Port-Mallet, au Cap d’Antibes, dans un enclos naturel, fermé par un filet. Car il ne s’agit pas d’une mise en liberté, mais d’une étude, la mission Caretta, destinée à vérifier l’acclimatation de ces animaux nées en aquarium dans le milieu naturel.

 C’est la deuxième année consécutive que le Parc marin mène cette étude. En septembre dernier déjà, Rose, Boule et Couette ont passé quelques semaines dans cet enclos. Une première expérience qui a permis d’acter les conditions techniques de leur installation et de recueillir des données sur leur capacité d’adaptation. Au cours de ce test, les trois tortues ont perdu du poids, ce qui prouve qu’elles peuvent rencontrer quelques problèmes pour se nourrir elles-mêmes. Un point sur lequel les équipes qui les entourent vont donc se concentrer lors de cette nouvelle phase d’étude.

Trois tortues pressées de retrouver l’eau de la Méditerranée

Ce mercredi matin, les trois tortues ont donc été transportées jusqu’au Cap d’Antibes dans de grands bacs.

Couette, avant sa mise à l'eau - Radio France
Couette, avant sa mise à l’eau © Radio France – Marie Rouarch

Dès que les soigneurs les en ont sorties, elles se sont précipitées vers l’eau. À l’image de Rose, dans la vidéo ci-dessous :

Plusieurs personnes vont maintenant être chargées de les observer en permanence : comportement, nage, temps de repos, etc. Les trois tortues sont également équipées de capteurs, pour suivre leur comportement jour et nuit.

Il s’agit notamment de voir si elles acquièrent la capacité de chasser pour se nourrir elles-mêmes.  Dans le cas contraire, les équipes du Marineland leur apporteront de la nourriture, en restant le plus discrètes possibles. L’objectif étant qu’elles n’associent plus homme et nourriture, comme lorsqu’elles évoluent au parc marin, à Antibes.

JOHN KERSHAW, DIRECTEUR ZOOLOGIQUE DU PARC MARINELAND

Boule, Rose et Couette regagneront le Parc Marineland fin juin au plus tard. L’expérience sera renouvelée aussi longtemps que nécessaire que déterminer si des reptiles marins, nés en bassins, sont capables d’acquérir assez d’autonomie pour vivre en milieu naturel sans l’intervention de l’homme. À terme, ces tortues pourraient être remises en liberté pour de bon, mais il est beaucoup trop tôt pour l’envisager.

La tortue Caouanne est l’espèce de tortue marine la plus commune en Méditerranée, sa population est cependant protégée car elle est considérée vulnérable, soumise à la pression de l’activité humaine.